top of page

Bébé en route ? Voici 6 conseils pour préparer votre chien comme un pro !


Lorsque nous voyons les petites barres annonçant l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille, la première chose à laquelle nous pensons n’est souvent pas à notre chien.

Toutefois, comme tous les parents de toutous qui ont un amour infini pour eux, la question finit tôt ou tard par être posée : comment tout cela va se passer entre les deux ?

Pour certains, cette question ne leur effleure l’esprit que quelques secondes puisqu’ils ont une confiance énorme en leur chien. Pour d’autres, cependant, ceux pour qui les chiens ont un peu plus de difficulté avec certains aspects, la question leur reste en tête, et c’est normal.

Que votre chien rencontre des difficultés ou non, l’arrivée d’un bébé est quelque chose qui doit être préparé et en voici selon moi les premières étapes.

Avant l’arrivée de cette petite crevette :


1. Se questionner sur la personnalité de votre chien

En général, on connait assez bien la personnalité de nos toutous et cela est une bonne chose, car c’est ce qui nous aidera à mettre en place certaines priorités et ainsi savoir ce qui risque d’être difficile ou non pour nos chiens. Par exemple, si votre chien a tendance à être moins à l’aise avec le changement de routine ou d’environnement et à être plus anxieux, vous pouvez aménager la chambre du bébé, y mettre des jouets, la poussette, etc. Cette étape pourra être faite plus tôt que tard au cours de votre grossesse. Pourquoi ? Pour laisser le temps à votre chien de se familiariser tranquillement et de comprendre que cela fera désormais partie de son environnement. Attention, si votre chien est de nature très anxieuse, il est important de ne pas tout faire en même temps.

De plus, cela vous permettra de voir à quel point votre chien sera affecté par ce changement de routine et au fait de potentiellement faire un peu moins d’activités dans sa vie de tous les jours.

Liste pour arrivé bébé pour chien

Et oui, on ne va pas se mentir, l’arrivée d’un mini affecte notre quotidien et le temps que vous pourrez accorder à votre poilu pourrait considérablement diminuer, du moins les premières semaines, voire les premiers mois. Il est donc important que votre chien y soit préparé. Bien entendu, il est essentiel de prendre en compte les besoins de votre chien, et cela ne signifie en aucun cas les négliger. Cependant, il est tout à fait acceptable d'envisager des ajustements pour que vous et votre animal puissiez vivre en harmonie tout en continuant à répondre à ses besoins. Il s'agit simplement de trouver un nouvel équilibre qui pourrait impliquer de réduire légèrement la longueur ou la fréquence des promenades quotidiennes, de réduire légèrement l'entraînement (qui reste bien sûr important), et surtout de permettre à votre chien de profiter de journées où il peut simplement se détendre avec vous, en plus de ses moments de mastication bien mérités.

Pourquoi ? Parce que c’est ce qui arrive souvent lors du retour à la maison avec la petite crevette et ce, bien malgré nous.

2. Les acquis que votre chien a déjà dans son entrainement

Si certains points sont à la base très difficiles pour votre chien, imaginez lorsque ce petit humain sera dans le décor. Il vous faudra donc établir une liste de priorités afin de voir ce que vous allez devoir travailler avec votre chien en fonction de ce qui est difficile pour lui, ce dont vous aurez le plus besoin dans son quotidien (qui ne se gère pas facilement ou qui demande par exemple plus de temps dans votre routine).

Si votre chien craint les enfants, c’est une problématique pour laquelle le travail devrait avoir été commencé bien longtemps avant la grossesse, si celle-ci était prévue, bien évidemment. Même chose pour ce qui est de la protection de ressources, des manipulations et de tous problèmes de comportement. Je parle bien de problèmes de comportement et non « d’éducation » et la nuance est importante. Les émotions négatives qui sont rattachées aux problèmes de comportement doivent être changées dans le respect de ses limites et cela peut donc prendre beaucoup de temps. Par exemple, ici à la maison, la problématique importante était tout ce qui touche à son corps. Comme je savais que je voulais des enfants, j’ai travaillé cela très longtemps avant de mettre le projet bébé en route. Pourquoi ? Pour créer de la résilience chez mon chien et me donner du temps de réaction de sa part. Cela n’est pas parfait, ma surveillance est encore constante (comme cela devrait toujours l’être d’ailleurs, problème de comportement ou non), mais nous avons pu atteindre un niveau où le danger pour bébé est réellement moindre.

Après avoir commencé par ce qui est le plus important dans votre cas, voici une liste non exhaustive des commandes ou des choses que vous pourrez travailler, qui vous sera grandement utile et que je conseille fortement :



  • La marche en laisse (une fois bien acquise on peut graduellement introduire la poussette);

  • La commande tapis avec un SOLIDE reste (pour quand bébé sera éventuellement dans sa chaise haute et qu’il lancera tout par terre, et pas nécessairement tous des aliments que l’on veut que votre chien mange), ainsi qu’un très bon autocontrôle



  • Un bon rappel pour pouvoir sortir votre ami à quatre pattes d’une situation inconfortable rapidement lorsque vous êtes à distance de lui.

  • Une désensibilisation aux bruits que font les bébés. Eh oui, même pour les chiens qui n’ont pas peur des enfants ou des bruits en général, l’habituer à entendre ces sons dans son contexte de vie est une très bonne préparation.

** Prendre note que l’ordre des points suggérés importe peu et que vous pouvez commencer par ce que vous voulez. Il est important de cibler vos propres priorités, selon les difficultés de votre chien.


Comment désensibilise-t-on un chien au son ?

Voici les points importants à considérer afin de ne pas, au contraire, sensibiliser votre chien :

  1. Mettre le son à un volume où votre chien l’entendra, mais à un niveau où il sera à l’aise. On augmentera le son graduellement par la suite. Une bonne lecture de son langage corporel et de ses signaux de stress est donc primordiale.

  2. On débute la musique ou le bruit : les récompenses viennent par la suite.

  3. On arrête les bruits : les récompenses finissent ensuite.

3. L’équipement

Comme mentionné précédemment, plusieurs choses changeront dans l’environnement de votre toutou. Effectivement, des jouets apparaitront, des choses qui roulent, des choses qui font du bruit, etc.

Il est donc important pour votre chien de pouvoir s’y familiariser et ce, de façon graduelle, afin que tout cela ne soit pas un changement de plus en même temps de tout le reste.

Vous pouvez donc, par exemple, commencer par mettre en place la chambre du bébé. Par la suite, les règles que vous voulez mettre en place à propos de celle-ci seront établies dès le départ. Donc si vous ne souhaitez pas que votre chien entre dans celle-ci, il sera important d’en bloquer l’accès ou de lui apprendre à se coucher à la porte au lieu d’y entrer.

Une autre préoccupation qui revient souvent est celle-ci : est-ce possible d’apprendre à mon chien à faire la différence entre ses jouets à lui et les jouets du petit ? La réponse est oui. Toutefois, il faut prendre le temps d’intégrer cette notion et cela ne sera pas inné. Pour y arriver, la première chose à faire est que lorsque vous achetez un nouveau jouet pour votre chien, il faut lui donnez en main propre et jouer le plus souvent possible avec celui-ci. Votre chien sera par la suite naturellement porté à aller chercher celui-ci pour jouer.

S’il découvre le toutou du bébé, on procède à un échange en lui demandant de donner et en lui donnant son propre jouet à la place (idéalement, ou alors de la nourriture). Notre but ici n’étant pas de créer de la protection de ressource, des ajustements

Jouets pour bébé

peuvent être faits selon le comportement de votre chien. On le redirige ensuite sur son toutou à lui et ce, systématiquement. Si les jouets de bébé ne sont jamais une source de jeu pour votre chien, il apprendra donc graduellement quel jouet aller chercher et prendre pour avoir du plaisir.

Idéalement, pour commencer, ne sortez pas tous les jouets de bébé en même temps; commencez par un jouet à la fois. Si votre chien a tendance à vouloir tout voler, laisser les jouets « traîner » lorsque vous êtes là afin de pouvoir surveiller votre chien et travailler le comportement désiré avec lui. Si vous voyez votre chien se diriger vers un jouet qui n’est pas à lui, rappelez-le avant que celui-ci n’y touche et dirigez-le vers son jouet à lui.

4. La sécurité

La sécurité de votre nouveau-né est votre priorité numéro un et c’est votre rôle de nouveau parent de tout mettre en place afin que cela se passe bien. La gestion sera donc votre meilleure alliée, comme c’est souvent le cas en éducation canine, afin de vous permettre de souffler. Soyons francs, même sans ce grand bouleversement qu’est l’arrivée d’un nouveau bébé dans nos vies, être en mode vigilance 24/7, c’est très épuisant. Si on ajoute le manque de sommeil, l’apprentissage de notre nouveau rôle, la récupération pour notre corps et les hormones, ce n’est pas le moment de se croire invincible et de penser que l’on pourra avoir des yeux partout une fois revenu à la maison.

Avoir des barrières de bébé à des endroits stratégiques dans la maison sera donc plus qu’une bonne idée. Cela vous permettra de séparer le chien et le bébé et donc, de pouvoir porter une partie de votre attention sur autre chose. On veut donc pouvoir avoir les barrières installées et ce, AVANT le grand jour.

Chien derrière barrière

Votre chien est habitué à être seul derrière une barrière ou même dans une pièce sans vous, la porte fermée ? Si la réponse est non, c’est le moment de pratiquer le tout dès maintenant!

Pourquoi je ne parle pas de la cage ?

Ce n’est pas que je n’aime pas cet outil, loin de là, seulement, je ne recommande pas la cage dans ce contexte. Pourquoi ? Car votre chien n’aurait pas la possibilité de fuir ou de s’éloigner si votre enfant s’y approche. De plus, il se peut qu’au début, il y ait beaucoup de moments où il sera séparé de vous et on veut donc qu’il puisse se déplacer et pouvoir se coucher à différents endroits dans la maison, etc. Les barrières permettent une gestion idéale, tout en étant moins restrictive que la cage.

5. Préparation au grand jour

On sait tous qu’accoucher nécessite de passer au moins une nuit à l’hôpital, parfois plus selon l’état de santé de maman et de bébé. Il vous faudra donc être prêt pour le moment où vous partirez.

Si votre chien n’est pas à l’aise de dormir ailleurs qu’à la maison et qu'il est facilement anxieux, est-ce possible de penser à avoir quelqu’un qui vienne demeurer chez vous le temps de votre absence ?

Si cela n’importe pas trop à toutou, avoir quelqu’un de confiance qui pourra s’occuper de venir chercher votre poilu à la maison est l’idéal. Il vous suffirait donc de préparer ses choses quelque temps à l’avance, ou d’avoir tout à portée de main afin que votre aidant puisse facilement faire un sac avec tout ce qu’il lui faudra pour que toutou ne manque de rien. Faire une petite liste avec tout ce qu’il y a à préparer est l’idéal. Cette option pourrait également vous permettre d’avoir un peu plus de temps seule avec bébé à votre retour à la maison si vous en avez besoin.

Il est important, si c’est possible du moins, de faire en sorte d’avoir rencontré au préalable cette personne afin de bien préparer le gardiennage de votre chien. En effet, il est important que votre personne de confiance sache bien tout ce qu’il y a à savoir au niveau de la routine, des repas, des besoins spécifiques, de la médication s’il y a lieu de votre chien, avant la prise en charge de celui-ci. De plus, assurez-vous d’avoir donné vos instructions advenant une urgence, quoi faire, où aller (votre clinique vétérinaire prend-t-elle des urgences ? Ou bien faudra-t-il aller dans un hôpital vétérinaire différent ?), etc.

6. Préparation pour votre retour

Comme on peut facilement s’en douter, il se peut que les premiers temps après l’arrivée de bébé, les sorties soient un peu moins fréquentes, mais cela n’enlève pas à votre chien son besoin de bouger. On va donc opter pour quelque chose d’efficace qui le garde tranquille et qui épuise bien nos chiens, c’est-à-dire la mastication.

Et oui, il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la mastication !!!

Préparer des jouets inactifs congelés d’avance est une super idée afin d’en avoir sous la main quelque temps après votre retour. Évidemment, votre chien doit y être habitué au préalable. Chez nous, nous utilisons sa nourriture régulière, ce qui nous permet d’avoir au minimum deux jouets par jour où il est occupé à travailler/ mastiquer.

Il est certain toutefois que pour pouvoir opter pour cette solution, vous devez avoir quelques jouets à remplir en réserve ainsi qu’un congélateur avec suffisamment d’espace pour les mettre.

De plus, il faut être conscient que les premières semaines après le retour, les marches pourront être plus difficiles à faire. Il peut donc être super de se trouver une personne de confiance qui pourra s’en occuper un moment. Si cette personne peut commencer quelque temps avant le jour J, c’est l’idéal, puisque votre chien et cette personne pourront se créer une routine, apprendre à se connaitre, etc.

Enfin, j’espère que ces quelques conseils pourront vous aider à préparer ce grand moment !!!

Je vous dis à bientôt pour quelques conseils post accouchement 😉


Pascale Dubé, Intervenante en comportement canin, réceptionniste et Maman de Théo et Fallen

Pascale Dubé dresseuse de chien


298 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page