top of page

Découvrez les trois réalités à anticiper lors de l'adoption d'un chiot !


adoption chiot

Ça y est, vous avez finalement décidé d'agrandir votre famille en y ajoutant un adorable compagnon à quatre pattes. Tout est prêt : ses bols, ses jouets, sa laisse, son collier, sa cage, son harnais, son lit, sa nourriture, TOUT. Il a déjà son premier rendez-vous chez le vétérinaire de prévu et son inscription à la socialisation est complète ; il ne reste plus qu'à ce qu’il arrive !


Être bien équipé pour l'arrivée de son chiot est important, mais êtes-vous prêt à vivre ce gros changement dans vos vies ? Il va sans dire qu'adopter un chiot va considérablement changer votre quotidien, et cet article sera axé sur vos attentes et la réalité par rapport à l'arrivée de votre boule de poil. J’espère que vous êtes prêts, ça va bouger !


1. Ne vous fiez pas aux réseaux sociaux pour représenter votre future réalité. Ce n'est pas bienveillant envers vous-même.



Nous, les humains (et moi la première !), avons souvent tendance à romantiser nos aspirations et nos vies, particulièrement en raison de la présence importante des réseaux sociaux au quotidien.


Je suis la première à partager des moments heureux et plaisants sur les réseaux sociaux, de belles photos de mes aventures avec mes chiens, car ce sont les moments les plus importants et précieux pour moi. Cependant, il est essentiel de rester honnête et humble. Pour avoir réussi à capturer cette photo, il y a eu au moins 470 biscuits qui ont été utilisés et beaucoup de patience simplement pour saisir cette microseconde dans le temps. Car la réalité est la suivante : tout le contenu photo ou vidéo sur les réseaux sociaux représente exactement cela, un court instant capturé dans le temps.



randonnée canine
Au sommet du monde à Terre-Neuve, sur la montagne Gros Morne.

Je vous partage ici une photo de Ame mon border collie, mon enfant parfait qui, dans ma tête, n'a jamais rien fait de mal et qui, à mes yeux, a toujours été ainsi. Cependant, lorsque je vais chez mes clients en consultation privée ou lorsque j'enseigne en maternelle et socialisation, je me rappelle très rapidement en voyant vos chiots que le premier mois d'adoption du mien, alors qu'il avait seulement 3 mois, je l'ai probablement autant pleuré que lui, ahahahahaha. Les "puppy blues" sont tout à fait normaux, mais croyez-moi, cela passera :). On se demande TOUS à un moment ou un autre "pourquoi j'ai fait ça".


J'étais tellement amoureuse de l'idée d'avoir mon border collie toujours à mes côtés, faisant tous les entraînements et les tours qui décorent mon imagination, alors que j'avais une petite bombe atomique qui avait une diarrhée explosive constante (désolée pour l'image, mais c'est honnête...) et une obsession compulsive de se lancer devant les voitures pour leur mordre les roues.


J'avais un chiot qui refusait de faire ses besoins ailleurs que dans la maison parce qu'il était trop surstimulé à l'extérieur. J'avais un chiot qui m'a demandé plusieurs voyages chez le vétérinaire pour acheter de la nourriture gastro et des probiotiques. Un chiot qui roulait dans ses besoins la nuit au lieu de m'avertir qu'il avait envie… Bref, vous voyez l'idée, on était loin de la photo Instagram montrant un magnifique border collie faisant un tour de fou sur le sommet d'une montagne.


2. Ne comparez pas votre ancien chien adulte avec votre nouveau chiot


La raison pour laquelle je suis devenue intervenante en comportement canin est due à mon merveilleux Shadow, un chien de refuge que ma famille a adopté lorsque j'avais tout juste 16 ans. Quand j'ai déménagé pour poursuivre mes études comme technicienne en santé animale, Shadow est venu avec moi. Il était fortement réactif envers les autres chiens dans la rue, mais avec beaucoup de formations, de travail et d'encouragement de la part de la merveilleuse Emilie Malin, Shadow est devenu le chien parfait. Il ne jappait jamais, était complètement propre, calme, intelligent, câlin, bref, il n'y avait pas de défaut à mes yeux.


Lorsque Shadow nous a quittés beaucoup trop tôt à l'âge de 6 ans à cause d'un cancer, j'étais démolie. Je voulais un autre chien comme lui. J'ai donc adopté Ame dans l'idée qu'il pourrait devenir aussi merveilleux que son frère adoptif. J'ai beaucoup comparé Ame (et Sachi!) au début de ma relation avec eux. Je me disais toujours "il me semble que ce n'était pas aussi difficile avec lui". La mémoire est une faculté qui oublie. Oh boy, que j'ai oublié rapidement que Shadow m'a fait tomber plus de fois sur la glace que je peux compter, qu'à l'adolescence, il faisait des crises de surstimulation et me mordait avec trop d'intensité, et que j'avais des bleus partout. J'ai oublié qu'il jappait tellement fort après les autres chiens dans la rue que les voisins du quartier m'évitaient parce qu'ils avaient peur de lui… Pourtant, comme Ame aujourd'hui, à mes yeux, il était parfait et n'avait aucun défaut ;).


Éduquer un jeune chien n'est pas facile. Les premières nuits sont souvent très difficiles. Votre chiot s'ennuie de sa fratrie et peut avoir tendance à pleurer quand c'est l'heure du dodo. Le meilleur conseil que je peux vous donner est de mettre son enclos ou sa cage DANS votre chambre à coucher. Les chiots ont besoin de compagnie et de se faire rassurer. N'ignorez jamais un chien qui vit de la détresse, ce sont des êtres sensibles qui ont besoin de votre soutien pour bien évoluer dans la vie. Si votre chiot pleure la nuit, mettez une main dans l'enclos ou passez les doigts dans la cage. Flattez-le et rassurez-le.


Psst… Si vous habitez en appartement, achetez d'avance une bouteille de vin à vos voisins. Prenez de l'avance et avertissez-les que ça risque d'être un peu bruyant, mais que ça va passer :)


3. Ne visez pas la perfection, faites de votre mieux et n'hésitez pas à demander de l'aide.


Quelque chose d’important que j’ai appris avec le temps est que notre 100% ne peut pas être le même tous les jours, et cela va de soi pour tout être vivant.


J’avais l’intention de faire tout parfaitement lorsque j’ai adopté Ame, mon premier chiot. Ce n’est pas une farce, j’avais lu tous les livres possibles sur l’optimisation de la socialisation, comment prévenir les phobies, les stéréotypies et avoir un chien équilibré et intéressé à l'entraînement.


J’avais tellement envie qu’il soit parfait, que rien ne puisse lui arriver… Eh bien je peux vous dire que la première fois qu’il s’est vidé dans sa cage à 3h du matin, l’introduction douce au bain a pris un peu le bord. J’ai procédé assez rapidement. Par contre, j’ai mis une couche de nourriture en canne dans le bain et je l’ai laissé se gâter autant qu’il voulait pendant que je le nettoyais rapidement. À la fin, je l’ai félicité du mieux que je pouvais (même si je devais être rouge tomate avec une veine dans le front). Ce n’était pas parfait, mais c’était de mon mieux à ce moment-là.



Chiot border collie

Je suis éducatrice canine et technicienne en santé animale, mais lorsque je rencontre des problèmes de santé ou de comportement avec mes propres animaux, c’est très difficile pour moi de rester rationnelle et de prendre des décisions réfléchies. Je ne veux même pas m’imaginer comment ça doit être stressant de vivre l’introduction à un chiot dans sa famille si ce n’était pas mon métier.


Les chiots vont avoir tendance à mordiller tout ce qu’ils trouvent : pattes de tables, coins de mur, vos bobettes, vos mitaines, votre bas de pantalon… Cela peut rapidement devenir envahissant et la barrière de langage rend très difficile de convaincre un animal que ce qu’il nous fait subir est douloureux, désagréable, nous fait peur, nous fâche etc. Si on voit de l’autre côté de la médaille c’est la même chose pour votre chiot, il va vivre des émotions fortes qui seront parfois le résultat de maladresse de votre côté.


La seule façon que votre chiot peut communiquer avec vous est avec le seul langage qu’il connaît, celui des chiots. Comme je le mentionne dans ma série d'articles sur les mordillements et comme Aline le démontre dans sa série sur les jappements et la réactivité, la plupart des comportements qu’on juge inappropriés dans un contexte familial vont découler d’une émotion forte, parfois négative de la part de votre chiot. Évidemment, comme ce n’est pas le langage qu’on utilise entre humains, c’est très difficile pour le commun des mortels de bien interpréter ce qu’il veut nous dire et intervenir en conséquence. C’est justement la raison pour laquelle je recommande toujours à tous les propriétaires de chiens de prendre au moins un cours en ligne sur le langage corporel canin et les méthodes d’apprentissage, mais idéalement un sur la socialisation.


Avoir un chiot devient intense très rapidement, sans parler du fait que vous allez continuer à vivre votre quotidien régulier avec le travail et les tâches ménagères. Avoir un intervenant en comportement et éducation canine va sans doute vous aider à structurer vos journées et le dressage de votre chiot. Je vivais avec beaucoup de culpabilité et de stress quand j’ai adopté mon chien. Je ne me sentais pas à la hauteur, je me trouvais pas bonne ou compétente dans mon métier, parce que Ame était un chiot difficile.


J’ai donc fait affaire avec Emilie Malin et j’ai pris un cours de socialisation. J’ai demandé qu’elle m’aide à structurer ma journée et mes routines, car même si je connais les concepts et les théories de l’apprentissage comme le dos de ma main, j’avais énormément de difficulté à l’appliquer dans mon quotidien.


Il n’y a aucun mal à demander de l’aide et investir dans le futur de votre chiot. Car si vous le faites comme il faut et jusqu’au bout, vous oublierez rapidement comme moi à quel point les premiers mois auront été difficiles et voudriez en avoir un autre. Regardez, je suis rendue à 3 chiens à la maison et la première heure que j’ai apportée à ma troisième chienne Mikasa de chez je me suis dit exactement ça : ‘’ Mais qu’est-ce que je viens de faire, j’étais tellement bien avant’’. La roue tourne, mais elle en vaut la peine, car une fois que vous aurez passé la période de socialisation et l’adolescence et que vous aurez mis beaucoup de temps et d’effort sur son éducation, vous aurez sans doute le chien de vos rêves qui vous fera oublier que c’était tout un défi au début. :)





Aryel Lafleur, copropriétaire, intervenante en comportement canin et TSA


391 vues1 commentaire
bottom of page