top of page

La cage : ce sujet à débat !


Puppy crate training

La cage ! Cet objet pour lequel l’utilisation fait polémique, tout comme plusieurs sujets dans l’éducation canine.

Plusieurs personnes sont totalement en faveur de son utilisation et ne comprennent pas pourquoi d'autres y sont opposées. De l’autre côté, certaines personnes trouvent que son usage devrait être banni et que les cages ne devraient plus être vendues. Ce débat, bien que bien présent ici au Québec, l'est d’autant plus dans plusieurs pays européens.

S’il était possible d’avoir un juste milieu dans son utilisation et de regarder un peu les deux côtés de cette médaille afin que je puisse comprendre pourquoi, selon moi, il est possible d’avoir un juste milieu entre les deux.

Pour beaucoup de personnes qui s'opposent à l’utilisation de la cage, l'argument principal est que le bien-être de l’animal est diminué. Cela peut effectivement être stressant pour certains chiens (d’autant plus si le tout n’a pas été appris dans les règles de l’art) et limite grandement la possibilité de se déplacer et d’exprimer leurs comportements naturels.

Pour d’autres, il s’agit de l’isolement que cela crée avec les membres de la famille lorsque le chien est dans celle-ci. Pour les fervents partisans du bannissement de la cage, il y a toujours une autre alternative possible et il vaut mieux tout simplement la bannir.

Pour ceux qui sont en faveur de l’utilisation de la cage, plusieurs arguments soutiennent leur vision des choses également. Plusieurs penchent en faveur de l’aspect sécurité pour justifier ce choix. Effectivement, lorsque notre chien est en cage, par exemple, lors de nos départs, il ne lui est pas possible de faire des bêtises et, par exemple, d'avaler des choses qu’il ne devrait pas ou encore de se blesser. Pour d'autres, il s’agit d’un outil indispensable à l’acquisition de la propreté ou pour éviter des problématiques comme la destruction lors des absences.

Une bonne utilisation de la cage, c'est quoi ?

Premièrement, j’aimerais dire que selon moi, il y a effectivement une bonne et une mauvaise façon d’utiliser cet outil. Des deux côtés, les arguments sont valides (dans la majorité des cas) et doivent seulement être pris de la bonne façon afin de pouvoir coexister.

Pour ce qui est de l’argument du bien-être animal et de la liberté de mouvement, il va sans dire qu’il est difficile de contredire le fait que le chien n’est pas libre de ses allées et venues dans la maison lorsque celui-ci est en cage. Toutefois, une cage de la bonne taille devrait permettre à votre chien de se tenir debout, de se tourner et même idéalement de se coucher de tout son long, et ce sans restriction.



En ce qui concerne l’isolement, si le chien y est préparé, le fait d’être séparé de sa famille, même si celle-ci est présente, ne sera pas un stress pour lui et pourrait même lui être bénéfique par moment si l’environnement est trop bruyant ou stimulant. Beaucoup de chiens, une fois cet outil bien intégré, vont l’utiliser et se coucher d’eux-mêmes à l’intérieur lorsqu’ils ont besoin d’une pause.

Pour ceux qui sont en faveur de son utilisation pour l’apprentissage de la propreté, il est vrai que généralement un chien n’ira pas uriner à l’endroit où il dort. Toutefois, il est important de comprendre que la cage ne devrait en aucun cas être utilisée pour cela et que si votre chiot est en apprentissage de la propreté, il ne devrait pas y être plus que ce qu’il est naturellement (donc libre) capable de se retenir. En ce qui concerne l’aspect sécurité, il est vrai que pour certains chiens, cela peut apporter de la sécurité si votre chien a tendance à tout détruire dans la maison. Toutefois, ce symptôme (s'il se manifeste uniquement en votre absence) devrait avant tout vous alerter et il sera important de régler la cause plutôt que de seulement mettre un "pansement" sur le problème.

Cela peut toutefois être une bonne mesure de sécurité lorsque nous avons plusieurs animaux à la maison et que notre chien fait par exemple beaucoup de prédation ou encore lorsque nous avons plus d’un chien. Cela évite les accidents lors de vos absences.

De plus, si votre chien passe ses journées dans sa cage lorsque vous êtes au travail, il sera important que le reste de sa journée ne soit pas confiné, car oui, votre chien a besoin de se déplacer et d’exprimer certains comportements (comme renifler, gratter, etc.), ce qu’il ne pourra pas nécessairement faire dans celle-ci.

Dans tous les cas, voici ce qu’il faut retenir :

  • La cage doit être suffisamment grande.

  • Son introduction doit se faire progressivement et au rythme de votre chien (la durée nécessaire dépend donc de chaque duo).

  • La majorité de sa journée ne doit pas être passée dans cette cage.


Les raisons qui me poussent à vous dire de faire cet apprentissage :


Si vous êtes contre l’utilisation de la cage, mais que vous n'en faites pas usage dans votre quotidien, j’aimerais vous donner quelques raisons pour lesquelles il est bon de désensibiliser votre chien à cet outil. Je précise ici le terme "désensibiliser" et non pas "utiliser".

La première et principale raison est que le jour où vous en aurez besoin, cela ne créera pas un stress supplémentaire chez votre chien.

Prenons par exemple la situation classique du vétérinaire. Votre chien doit subir une opération, qu’elle soit planifiée ou non, et donc rester chez le vétérinaire plusieurs heures, sans vous. Malheureusement, il n’aura pas d’autre choix que d'être mis en cage, et cela dans un environnement déjà stressant. Si en plus votre chien n’a jamais appris à être calme à l'intérieur et à apprécier la cage, son niveau de stress sera très élevé. Au contraire, si le tout à bel et bien été travaillé dans le jeu et à son rythme, cela fera un stress en moins. Attention, je ne prétends pas que cela éliminera tout le stress. Les visites chez le vétérinaire et l'environnement qui les entoure sont intrinsèquement anxiogènes. Mais cela évitera d'ajouter un élément de stress supplémentaire.


Pour faire suite à la visite chez le vétérinaire, il se peut également que votre chien doive être immobilisé pour des raisons de santé (chirurgie, fracture, etc.). L’enclos dans cette situation est moins restrictif et permettra à votre chien de bouger plus librement, voire même de sauter, ce que l’on cherche généralement à éviter à tout prix dans ces situations.

Une autre raison pour laquelle la cage peut être utilisée est la gestion.

Imaginez-vous avec un jeune chiot qui n’a pas encore l’habitude de ne pas vous voir à la maison, mais qui veut littéralement manger tous vos meubles pour soulager ses pauvres petites gencives en sang. La cage, encore une fois lorsqu'elle est bien intégrée, peut être un outil super pour vous permettre de relâcher un peu de votre vigilance. On ne se cachera pas que le fait d’être en mode supervision en tout temps est épuisant. Il est donc normal qu’à un moment vous puissiez avoir besoin d’une pause. Ici oui l’enclos est une super de belle option que je favorise la majorité du temps. Seulement, l’environnement ne permet pas toujours un gros enclos, par exemple dans un tout petit chalet ou un très petit appartement.


Trucs et astuces pour une intégration réussie :

Lors de l’arrivée de notre chiot à la maison, il nous serait parfois pratique de pouvoir le mettre immédiatement dans sa cage sans se soucier de plus. Toutefois, comme pour plusieurs choses (telles que les départs de la maison), l'utilisation de la cage doit être enseignée au rythme de votre chiot, et ce de manière très progressive. Et oui, à moins que le travail n'ait été commencé chez votre éleveur, il n’y a pas de chiot qui se sent super à l’aise dans la cage dès le premier jour à la maison.


Voici donc mes conseils pour vous aider à faire de cet endroit le « spot » de prédilection de votre toutou.

  1. Commencez par le nourrir à l'intérieur de la cage, tout en gardant la porte fermée. Si c'est dans un jouet, votre chien pourra le sortir sans problème si le stress est trop grand.

  2. Jouez à y mettre des récompenses super alléchantes ou des jouets à l’intérieur de celle-ci lorsque votre chien n'est pas près de vous. La cage viendra à signifier que des surprises apparaissent et normalement votre chiot/chien ira y faire un tour de plus en plus fréquemment pour vérifier.

  3. Soyez conservateur et attendez que vous sentiez votre toutou vraiment prêt avant d'entamer le processus de fermeture de la porte et de vous éloigner (en deux temps).


Voici comment moi je procède pour commencer le travail de toutou à la cage :


Étape 1 : Lancez plusieurs récompenses (une à la suite de l’autre avec un petit délai d’une ou deux secondes) dans la cage, puis cessez. Faites cela pendant quelques secondes.

Étape 2 : Lancez une seule récompense en dehors de la cage (si votre chien y est encore). L'objectif est de faire un « reset ».

Étape 3 : Recommencez les étapes 1 et 2, et ce jusqu’à ce que le chien semble vouloir retourner dans sa cage, et ce même avant que vous commenciez à nourrir.


Étape 4 : Une fois qu’il commence à vouloir y rentrer de lui-même, et ce sans que vous ayez déjà lancé des récompenses à l’intérieur, vous pouvez commencer à dire sa « commande » AVANT qu’il soit dans sa cage. Quand il rentre à l’intérieur, marquez avec un marqueur vocal (yes, ouiii, bravo, cliquer) et donnez une ou deux récompenses seulement.

Étape 5 : Refaites un « reset ».

Étape 6 : Commencez à ajouter un peu de durée avant de marquer et récompenser lorsque celui-ci entre dans sa cage.

Étape 7 : Approchez votre main de la porte, marquez et récompensez.

Étape 8 : Commencez à bouger (1-2 cm) la porte, marquez et récompensez. Recommencez l’étape 8, en fermant de plus en plus jusqu’à ce que vous soyez prêt à fermer complètement la porte.

N’oubliez pas de refaire des « resets » de temps en temps pour vous assurer que la commande vocale est encore bien acquise et pour vous assurer que votre chien est toujours à l’aise d'y rentrer et de ne jamais bloquer la sortie lorsque celui-ci est à l’intérieur.

Étape 9 : Commencez à vous relever tranquillement de quelques centimètres. Marquez, rassoyez-vous et récompensez.

Il ne faut pas oublier que chaque étape doit être répétée plusieurs fois et que l’on passe à la suivante seulement une fois que votre chien se sent bien dans l'étape présente.

Il est également important de ne pas toujours augmenter la difficulté, mais plutôt d'alterner les étapes pour ne pas rendre l'exercice toujours plus difficile pour votre chien et ainsi le garder motivé.


Vote chien est un pro ? Vous aimez les défis ? Voici un tutoriel rapide pour apprendre à votre chien de fermer la porte de sa cage !



Cas vécu avec Fallen

Un peu plus haut, vous avez une liste d’étapes pour vous aider à bien démarrer cet apprentissage avec vos compagnons à quatre pattes. Pour certains, cela pourrait prendre très peu de temps. Pour d'autres, cela pourrait prendre un peu plus de temps, et selon l'histoire avec votre chien, certains paramètres devront être ajustés.

Je vais vous donner un exemple du cas personnel que j’ai vécu avec mon chien, et oui, j'ai un chien sensible, que voulez-vous.

Chiot, Fallen aimait sa cage de façon correcte. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il y allait sans problème, mais clairement, s'il avait le choix, ce n’est pas là qu’il irait se reposer.

Toutefois, ayant un petit appartement à ce moment-là, moins de connaissances et un border collie qui voulait manger ma balayeuse dès qu’il la voyait, j’ai opté pour l’option cage dans une autre pièce avec la porte fermée. Avec le temps, et ce bien malgré moi, il a fini par avoir une peur phobique de cet objet. Au point où simplement demander d’y mettre une patte déclenchait chez lui des hurlements de panique complètement incontrôlés.

Vous vous doutez donc que j’ai dû reprendre le travail de désensibilisation depuis le début. La première étape pour lui afin de bien recommencer sur un terrain neutre a été de passer d’une cage en métal (la classique) à une cage en toile. Nous avons ensuite avancé étape par étape, et ce à son rythme. Pour beaucoup, cela semblait vraiment lent, mais on avançait, et c’était là le principal. J’avais entre-temps déménagé et trouvé des méthodes de gestion qui ne l’obligeaient pas à vivre un stress et qui ne nous faisaient pas régresser.

Au bout d’environ 6 mois, je me suis retrouvé à chercher mon coco dans ma maison, et ce sans succès. J’ai fini par le trouver en train de faire un gros dodo dans sa cage, la porte ouverte. C'était la première fois qu’il y allait de lui-même et qu’il décidait d’y dormir !!

Il me l’a même demandé un jour en vacances, étant un peu plus stressé par l'endroit et ne trouvant pas de coins assez apaisants pour réussir à dormir. Le moment où j’ai sorti sa maison a été une libération, et j’ai pu voir le stress quitter son corps en une seconde.

En espérant que cet article vous permettra de voir les bienfaits de son intégration, mais également les limites à ne pas franchir et où cela peut coincer lors de vos entraînements.






Pascale Dubé, intervenante en comportement canin, réceptionniste et responsable des communications

478 vues0 commentaire

Comments


bottom of page