top of page

Connaissiez-vous ces 4 bienfaits des sports canins ?

Dernière mise à jour : 25 août 2023




Depuis la nuit des temps, nous avons en tête que la pratique d’un sport est bénéfique pour notre santé physique et mentale. “Mens sana in corpore sano”, ou, autrement dit, “un esprit sain dans un corps sain”, est une citation célèbre que l’on attribue au poète romain Juvénal, ayant vécu entre la fin du 1er siècle et le début du 2e siècle après J.-C. Cette expression a donc été écrite il y a près de deux mille ans !

Mais si l’importance du sport est chose convenue pour l’Homme, qu’en est-il du chien ? Un chien pratiquant une activité physique pourrait-il voir son esprit “s’assainir” ? Le sport pourrait-il contribuer à son “équilibre mental” ? À son bien-être ? Le rendrait-il plus résistant au stress ? En ferait-il un “meilleur” compagnon, plus résilient et mieux adapté à nos contraintes sociales ? Voici ce que je vous propose d’aborder dans ce présent article.


Pour commencer, qu’est-ce que le sport canin ? En voici une définition simple : le sport canin est une activité physique impliquant un chien et son humain. L'équipe inter-espèces ainsi formée comprend des partenaires aux qualités complémentaires, participant à l’activité selon des rôles spécifiques et souvent distincts. Si certains propriétaires préfèrent envisager le sport canin comme un loisir, d’autres en revanche adoreront s’inscrire à des compétitions et accumuler les trophées. Mais, quoi qu’il en soit des aspirations de chacun, le sport canin permet avant tout de passer du temps de qualité avec fido, et de s’épanouir en équipe !



Pour faire plaisir à Juvénal, la recherche en sciences médicales a mis en évidence depuis longtemps que l’activité physique a des impacts bénéfiques sur notre santé. Que ce soit en prévention de maladies chroniques comme le diabète, le cancer, ou les maladies cardiovasculaires, ou pour améliorer la qualité de notre sommeil et diminuer notre stress, la pratique d’un sport devrait faire partie de notre quotidien sur une base régulière, comme le recommande d’ailleurs le gouvernement du Québec à ses citoyens. De plus, le sport favoriserait une meilleure rétention de l’information, augmenterait notre capacité à nous concentrer, et nous prédisposerait au maintien d’une bonne santé mentale.

Dans cette même idée, l’exercice est également recommandé pour nos chiens domestiques, ne serait-ce que pour les aider à maintenir un poids santé, en combinaison d’une diète adaptée. Par ailleurs, comme il est écrit dans cet article traitant de l’obésité, de l’exercice et des maladies orthopédiques chez le chien “l'utilisation de la restriction calorique, de l'exercice ou d'une combinaison des deux entraîne des changements positifs sur la santé cardio-pulmonaire, métabolique et les performances physiques ou la mobilité [des chiens]” (Frye et al., 2016, paragr. 13). Mais ce n’est pas tout ! En plus d'offrir une belle qualité de vie au meilleur ami de l’homme, le sport canin permettrait également de répondre à ses besoins fondamentaux, en lui donnant l’occasion d’exploiter ses différents talents de prédateur dans un cadre propice. À l'occasion d’un sport ratier par exemple, un terrier pourra débusquer en toute légalité un rat caché dans une botte de foin, à défaut de courir après le chat du voisin… (rassurez-vous, lors de ce sport, le rat est gardé en sécurité dans un contenant, hors de portée du chien, et a été entraîné au préalable à la présence de chiens excités, afin de ne pas être stressé). Le sport canin offrirait donc un fabuleux moyen à nos chiens d’être… des chiens, tout simplement ! Ne voilà pas une jolie compensation, alors qu’ils passent l’essentiel de leur vie à essayer de nous convenir, en s’adaptant à nos lubies d’humain, s’interdisant de japper, de creuser dans notre cour, ou de courir librement après quoi bon leur semble ? En leur permettant d’exprimer certains patrons-moteurs, nous améliorons leur qualité de vie, et parfois même la nôtre, en diminuant du même coup leur frustration et leur besoin d’exercice.



Bien sûr, pour profiter pleinement de l’expérience, l’acquisition des comportements de fondation est nécessaire à la pratique des sports canins. Quelle que soit la discipline choisie, un chien devra notamment être à l’aise en cage, avoir un bon rappel, se montrer tolérant avec ses congénères ainsi qu’avec les humains, et rester concentré durant sa tâche ou attentif à son partenaire humain malgré la présence de distractions. Ces différents apprentissages vont évidemment s'avérer aussi très utiles dans la vie de tous les jours, en dehors de l’activité en question. En effet, que notre chien soit parfaitement à l’aise en société, ou qu’il soit au contraire plus sensible, voire réactif face à certains déclencheurs, le fait d’apprendre par exemple à être focus ou attentif à son humain dans un contexte donné aura bien entendu des effets collatéraux appréciables, tout particulièrement lors des promenades quotidiennes. De même, l’auto-contrôle et la gestion de la frustration qu'exigent les sports comme l’obéissance de compétition, l’agility, ou encore le frisbee canin vont parfaitement convenir aux chiens adolescents, remplis d’énergie et exubérants… Ainsi, au lieu d’être une fin en soi, l’obéissance de base se retrouve alors entièrement intégrée dans une activité plaisante, devenant un moyen pour parvenir à une meilleure complicité avec fido, ainsi qu’à de meilleurs résultats sportifs éventuels, tout en profitant d’un chien aux bonnes manières à la maison, comme cerise sur le gâteau !



De plus, tout comme chez les sportifs humains, la pratique régulière d’une activité va avoir des effets sur les aptitudes physiques et mentales de nos chiens. Par exemple, le sport de détection d’odeur va modifier notablement la zone du cerveau allouée à l’analyse des odeurs : à cet endroit, le cortex va devenir plus épais, et la surface corticale de cette zone va être augmentée, en raison des nombreuses connexions neuronales qui vont s’y former durant l’apprentissage. Ainsi, en pratiquant la détection d’odeur, Fido va devenir encore meilleur à cette tâche, plus rapide et plus précis, grâce à la plasticité de son cerveau ! Quant aux sports plus exigeants physiquement, comme l'agility, le dock diving ou le frisbee canin, ils vont lui permettre de développer sa musculature et sa résistance, mais aussi d’affiner son système vestibulaire responsable de l’équilibre et de la coordination des mouvements dans l’espace, notamment à travers les réflexes vestibulo-oculaire et vestibulo-cervical. Notre chien va également améliorer sa capacité de réflexion, de déduction et de mémorisation, à travers les nouveaux défis rencontrés : eh oui, en pratiquant un sport il va aussi devenir plus intelligent ! D’ailleurs, comment en douter en voyant ces chiens réaliser des spectacles de freestyle canin, enchaînant parfaitement figure sur figure, en symbiose avec leur humain, devant un public enthousiaste ? Pour ceux qui auraient manqué la prestation incroyable de Adrian Stoica et de son chien Hurricane, la voici :



Et celle de notre extraordinaire Alexandra Côté nationale et de ses deux chiens, Tesla et Louka :



Pour finir, en plus de tous les bienfaits physiques et mentaux décrits, les sports canins vont parfois être l’occasion unique de renouer des liens forts avec son chien. En tant qu'intervenante en comportement canin, j’ai souvent été amenée à rencontrer des propriétaires à bout de souffle, complètement dépassés, découragés, voire écœurés par les agissements de leur chien. En effet, les problèmes de comportements peuvent malheureusement avoir des effets délétères sur la relation qu’on entretient avec fido, surtout s’ils sont multiples, et qu'ils provoquent des changements majeurs de routine familiale. Ces propriétaires sont pourtant généralement tous très attachés à leur chien (sinon ils ne feraient jamais appel à un comportementaliste !). Cependant, lorsqu’on est amené à devoir faire des deuils sur notre mode de vie, ou à renoncer à avoir le chien de nos rêves, prêt à nous suivre dans toutes nos aventures, cela peut peser lourd dans la balance de notre propre bien être. Il arrive alors que le chien devienne une charge oppressante : toutes nos décisions tournent autour de lui, voire dépendent de lui. Pour les chiens excessivement réactifs ou anxieux, il faut par exemple continuellement anticiper les déclencheurs, adapter nos horaires de sortie pour faire en sorte de ne croiser aucun autre chien ou humain durant la promenade, renoncer à recevoir de la visite, diffuser des “bruits blancs” pour couvrir les bruits extérieurs, faire des suivis réguliers chez le vétérinaire afin d’ajuster la médication, sans parler de la honte que l'on peut parfois ressentir vis-à-vis de notre famille, ou des problèmes engendrés avec notre voisinage… Si les progrès sont souvent rapides suite à la mise en place de la gestion de l’environnement, tout cela est toutefois très exigeant ! Dans ce contexte, il est vraiment normal de perdre un peu de vue les aspects positifs à partager notre vie avec notre ami poilu. C’est pourquoi, s’offrir une bouffée d’oxygène le temps d’une activité de sport canin peut s’avérer si salvateur ! Là, enfin, loin de tous les déclencheurs, notre chien devient bon ! Libre de contrainte ! Heureux ! Nous commençons même à être fiers de lui, et de nous ! Peu à peu, son potentiel se dessine : un frisbee en gueule, ou habillé de son harnais de canicross, il nous suit désormais jusqu’au bout du monde. Sa réactivité diminue, et ses progrès s’enchaînent, et transparaissent même sur d’autres aspects de sa vie : notre routine devient plus légère, plus facile à gérer. Nous osons inviter à nouveau du monde. Nous parlons de ses exploits à notre intervenante en comportement canin et à notre entourage. Notre chien fait même la Une de notre Instagram dans une vidéo où on le voit briller à son cours de Parkour canin… Nous avons dû faire le deuil du chien idéal de nos rêves, mais nous accueillons en échange un fabuleux partenaire de sport, prêt à tout pour gagner notre cœur, et cela commence à nous plaire… Est-ce que les chiens connaissent le sentiment d’accomplissement ? Pour le moment, il est scientifiquement difficile de se prononcer sur la question, mais j’aimerais croire que nos animaux domestiques sont heureux lorsqu’ils réussissent à accomplir une tâche ardue, et qu’ils sont également sensibles à nos compliments, comme renforçateur social primaire bien sûr, mais aussi, peut-être, par estime de soi, tout simplement… Qui sait ?


En conclusion, voici pour les curieux une description des différents sports cités dans cet article :

  • Le Parkour canin : le Parkour canin est un sport qui se pratique en extérieur ; que ce soit en milieu urbain, à la campagne, en forêt, ou dans votre cour, l'idée est d'utiliser l'environnement comme terrain géant d'agilité. Pour cela, pas besoin de vous déplacer dans un lieu d'entraînement spécifique ni d'ajouter des séances hebdomadaires de sports canins à votre horaire déjà bien chargé, le fun commence dès que vous passez le pas de porte avec Fido ! Si le cours de Parkour canin vous intéresse, Trop Chien l’offre à Montréal et à Québec ! Pour les infos, c’est par ici : cours de Parkour canin


  • Le sport de détection d’odeur : le chien doit chercher et retrouver une odeur spécifique en utilisant son odorat, mais aussi tous les moyens qui sont à sa disposition, dans les environnements les plus distrayants. Une fois l'odeur trouvée, il doit l’indiquer clairement à son manieur. On a tous en tête ces chiens policiers qui reniflent dans des pièces ou des valises à l’aéroport pour indiquer où se cache la drogue ou un explosif. Dans un cours de détection d’odeur, c'est exactement le même principe, mais sans drogue ni explosif ! Des odeurs à base d’huile essentielle sont utilisées à la place ;) Si le cours de détection d’odeur vous intéresse, Trop Chien l’offre à Montréal ! Pour les infos, c’est par ici : cours de détection d’odeur


  • Les sports ratiers : inspiré de la chasse à la vermine, voici réunis chien, rat et humain pour une version sécuritaire, plaisante, et bien sûr éthique de cette activité ! Le chien doit réussir à trouver le plus rapidement possible un rat caché dans un tube enfoui dans des bottes de foin, et indiquer clairement sa trouvaille à son humain.


  • L’obéissance de compétition : par exemple, le Schutzhund (littéralement “chien de protection”) est une discipline d’obéissance qui va mettre en avant les compétences nécessaires aux chiens militaires ou de police. Tout cela se pratique uniquement dans un contexte de terrain de sport, bien sûr ! Le chien va devoir faire finement équipe avec son manieur, lors d’exercices de marche au pied, de rapport d’objets et de pistage.


  • L’agility : le manieur guide son chien à franchir différents obstacles, tels que des tunnels, des sauts, des plans inclinés, ou encore des slaloms, dans un ordre défini. En compétition, la course est chronométrée : le chien le plus précis, mais aussi le plus rapide remporte l’épreuve !


  • Le frisbee canin : le chien doit rattraper au vol le frisbee lancé par son humain. Il apprend toutes sortes de figures à cette occasion, voire même il réalise de réelles prouesses acrobatiques, soit seul, ou en combinaison avec son humain !


  • Le freestyle canin : chien & humain évoluent ensemble sur une chorégraphie musicale, mêlant obéissance, tricks et danse ! Tout un spectacle en soi !


  • Le dock diving : du haut d’un quai, le chien doit se lancer le plus loin ou le plus haut possible dans une piscine.


  • Le canicross : ce sport consiste à courir avec son chien. Le chien est habillé d’un harnais spécial de traction, et l’humain porte une ceinture à laquelle s’attache la laisse “bungee”, le reliant à son chien. Cette laisse est élastique afin d’amortir les chocs.



Référence :

Frye, C., Shmalberg, J. et Wakshlag, J. J. (2016). Obesity, Exercise and Orthopedic Disease. The Veterinary clinics of North America. Small animal practice, 46(5), 831–841. https://doi.org/10.1016/j.cvsm.2016.04.006



Article rédigé par Aline Bichsel, copropriétaire de Trop Chien Inc., et intervenante en comportement canin






236 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page