La réactivité par peur ou par frustration, on gère ça comment ? (jappements, partie III)

Dernière mise à jour : 20 janv.


chien montréal réactivité trop chien dressage

À travers l'article I et l'article II au sujet des jappements, on a évoqué l’idée que le comportement de japper était en réalité assez complexe : en effet, les chiens ne jappent pas en tout temps pour la même raison. Regardons maintenant plus en détail comment se manifestent les jappements lors de la réactivité en laisse, et, par la suite, que faire pour diminuer les jappements de pitou dans ce contexte !


Mais pourquoi mon chien jappe-t-il quand il est en laisse ?? J'aimerais tellement comprendre pourquoi il réagit à la vue de déclencheurs...


Et moi donc ;) ! C'est bien le rêve de tout propriétaire ! Mais même sans entrer dans la tête de Fido, on peut déduire qu'il existe deux grands types de réactivité en laisse : la réactivité par frustration et la réactivité par peur.

Mais attention ! Dans les deux cas, pitou peut sembler TRÈS fâché, alors que la FONCTION du comportement est en réalité radicalement différente. Et puis, comme rien n’est rarement tout noir ou tout blanc, il peut arriver que certains chiens vivent également un mélange… des deux émotions en même temps. Oui oui, frustration et peur, mixées ensemble ! Il faut croire que l’ambiguïté n’est pas l’apanage des seuls humains… On pourrait appeler cela la “fascination du danger” , ou quelque chose comme ça... ;) Comme moi qui adore m’approcher d’une araignée immobile afin de mieux pouvoir l’observer, et qui serais très en colère si l’on tentait de m’en empêcher, mais qui sursaute et hurle de peur au moindre de ses mouvements… Je pourrais te sortir des millions d’exemples du même genre concernant l'espèce humaine ;) !! Mais bref :)


Si je comprends bien, tu es en train de me dire qu’avec un langage canin à peu près identique, un chien pourrait être soit frustré par la situation, soit terrifié par celle-ci, soit les deux ensemble ?


Exactement !

Un chien que l’on empêche d’aller dire bonjour à son copain alors qu’il en a très envie peut émettre les mêmes comportements observables qu’un chien qui serait terrifié à la vue de ses congénères.


En fait, dans les deux cas, le chien vit de la colère, qui peut être teintée de peur, ou de frustration.



Chien Montréal trop chien réactivité dressage
Un chien (très) frustré pourrait en effet ressembler à celui-ci

Cette colère s’exprime, en général, de cette façon :

  • Jappement intense, plutôt dans les graves

  • Tension sur la laisse (le chien réactif est généralement proactif, et tire en direction du déclencheur)

  • Poil hérissé (mais pas toujours)

  • Oreilles dressées par-devant (mais pas toujours)

  • Queue dressée, raide (mais pas toujours)

  • Fixation du déclencheur (regard fixe, le chien semble “obnubilé”)

Il peut bien sûr y avoir d’autres éléments, cette liste n’est pas forcément complète. De plus, chaque chien va avoir sa “signature”, c’est-à-dire démontrer plus ou moins intensément chacun des points cités.


Mais alors, comment savoir s'il s’agit de frustration de ne pas avoir accès à ce qu’il désire, ou au contraire de peur, si le langage canin ne nous renseigne pas sur ce point ?


Rappelle-toi du travail de détective dont je parlais dans les articles précédents… On va simplement aller récolter d’autres indices pour compléter le tableau :) !


Par exemple, si on est en présence d’un chien réactif à la vue de ses congénères, la première chose que l’on va chercher à savoir est si Fido joue avec plaisir avec les autres chiens quand il en a l’occasion, c’est-à-dire quand il est libre. Autrement dit, que fait-il dans un contexte où il n’est pas attaché, comme par exemple dans un parc à chien ? Présente-t-il des comportements pro-sociaux envers les autres chiens, joue-t-il avec eux de façon équilibrée ? Si la réponse est oui, on est alors très probablement en présence d’un chien qui RÊVE de dire bonjour à tous les copains aperçus dans la rue, et qui FRUSTRE terriblement d’en être empêché (car tenu en laisse), au point de faire une scène digne du meilleur Molière…


Si par contre Fido ne démontre pas (ou peu) de comportements pro-sociaux, s’il est très sélectif avec ses amitié canines, s’il reste constamment dans les jambes de ses propriétaires une fois détaché, ne joue pas (ou peu) avec les autres chiens, garde la queue basse, ou au contraire très haute, cela sonne comme un petit drapeau rouge : il n’est sans doute pas à l’aise en présence de ses congénères, et réagit dans la rue dans le but de les éloigner de lui (c’est ce qu’on appelle l’agression de distancement, qui est une stratégie comportementale pour tenter de tenir le “danger” à distance).


Pour les cas où le chien est à la fois frustré et effrayé, cela peut dépendre de beaucoup de facteurs, mais, pour simplifier les choses, je propose de toujours privilégier la piste de la peur en cas d’émotions mixtes, ou en cas de doute.


J’aimerais revenir maintenant au début de mon article, lorsque je parlais de FONCTION du comportement. Dans tous les cas, on vient de voir que le comportement est strictement le même : un chien réactif… jappe, et tire sur sa laisse. Pourtant, ce faisant, un chien frustré va réclamer exactement l’inverse d’un chien effrayé : le premier va vouloir de la proximité avec le déclencheur, tandis que le second, de la distance. La fonction du comportement est donc différente, selon l’émotion vécue par Fido.


Oh, je comprends maintenant beaucoup mieux pourquoi il ne peut exister de protocole identique pour tous les jappements. Car, dans le cas de réactivité, on va sans doute agir différemment, selon que le chien ressent de la peur ou de la frustration ?


En plein cela :) !


Il y a cependant des aspects qui vont être rigoureusement semblables, comme les notions de distance, zone de confort, gestion, etc… Et on va même pouvoir utiliser des exercices semblables dans les deux types de réactivité, comme par exemple le Look at that, que l'on verra en détail dans le prochain article ! En réalité, les différences de protocole, dans le cas de la réactivité, vont résider essentiellement dans "l'emballage", c'est-à-dire tout ce que l’on fait autour des exercices, et qui est bien sûr très important, afin de préparer efficacement Fido à une séance de pratique. Cela paraît peut-être un peu flou, mais ne t'inquiète pas, j’y reviendrai par la suite :) !


Mais revenons à nos moutons ! Un protocole de réhabilitation d’un chien réactif va généralement porter sur deux points, qu’il s’agisse de frustration ou de peur :

  1. Transformer l’émotion de base, celle générée par le déclencheur.

  2. Apprendre à Fido un autre comportement, qui soit socialement acceptable, en présence de ce déclencheur, comme par exemple le fait de rester calmement près de son humain, au lieu de charger et de japper


Dans le cadre de ce dossier sur la réactivité, comme je l’ai dit, on ne verra qu’un seul exercice-clef, qui convient aux deux types de réactivité : le Look at that. Avec cet exercice, on va justement pouvoir changer l’émotion de Fido (point 1), tout en lui apprenant comment se comporter en présence d’un déclencheur (point 2). Il y a bien sûr beaucoup d'autres exercices qui peuvent (ou doivent) être mis en place selon les chiens, en plus de celui-ci, si l'on veut arriver de bons résultats, mais... je n'écris qu'un article, pas un livre ;) Au moins tu auras ici une idée générale du genre de protocole à appliquer si ton chien est réactif, et c'est bien mon but :)


Par ailleurs, pour que l’exercice du Look at that puisse bien fonctionner et donner des résultats, on va toujours s'organiser pour travailler en dessous du seuil de tolérance du chien, c'est-à-dire dans une zone où il est encore en mesure de réfléchir, et relativement calme.

On pourrait appeler cela travailler dans la zone verte ou jaune, en évitant autant que possible de placer Fido dans la zone rouge, qui est contre-productive à l’apprentissage :




Chien montréal dressage éducation canine
La distance entre le chien et le déclencheur est une notion très importante :) ! C'est même le premier paramètre à ajuster, pour une pratique efficace !

En fait, tout cela revient à dire que l’on travaille en désensibilisation et en contre-conditionnement, pour les petits mots savants tirés des théories de l’apprentissage !


Génial, mais alors, en quoi consiste le Look at that ?


Désolée de faire durer le suspense, mais avant de parler de cet exercice, je vais te livrer un autre petit secret : la chose la plus importante, et donc la première à mettre en place, est la GESTION. La gestion va en effet permettre d’éviter à Fido de revivre des situations trop stressantes, ou trop énervantes, et va faire en sorte que tous les exercices seront par la suite facilement assimilables ! Rien ne vaut de bâtir une maison sur un sol instable, d’abord on assainit les fondations ;)

Mais qu'entends-tu par gestion ? Est-ce un concept très différent de celui de la désensibilisation dont tu parlais ?


Non, tu as raison, on peut même dire que la gestion et la désensibilisation marchent main dans la main :) Une belle gestion va permettre de travailler en désensibilisation, grâce à la mise en place de stratégies qui visent à réduire drastiquement l'ensemble des situations énervantes / stressantes vécues par le chien. Dans le cas de réactivité en laisse, l’objectif est de parvenir à se promener SANS que Fido ne soit amené à réagir. Autrement dit, il se trouve toujours suffisamment loin des déclencheurs pour ne jamais ressentir du stress ou de l'énervement.

Il y a plusieurs façons d’arriver à une gestion adéquate. Voici quelques pistes, à titre d’exemple, pour te donner des idées d’application, le mot d’ordre étant : donner de l’espace à Fido !


  • Modifier l’heure des promenades, afin de l’exposer le moins possible aux déclencheurs

Par exemple, s’il est très réactif aux enfants par peur, on oublie les sorties vers 15h30-16h, lorsque les enfants sortent des écoles...

... ou s’il est réactif par frustration ou par peur envers les chiens, on évite la tranche entre 17h et 19h, l’horaire privilégié des promeneurs de chiens, et ainsi de suite

  • Rester LOIN des situations problématiques, à une distance où Fido ne les remarque même pas…

… ou s’il les remarque, la distance fait en sorte qu'il ne réagit pas

  • Traverser la rue, ou tourner les talons, au lieu de croiser sur le même trottoir le déclencheur

Il s’agit même de la première chose à mettre en place, si Fido est réactif aux humains ou aux chiens, que ce soit par peur ou par frustration ! Il y a bien trop peu d'espace sur les trottoirs, en général, pour préserver la bulle de FIdo !

  • Se placer derrière des barrières visuelles, telles que des voitures stationnées par exemple, pour épargner la vue du déclencheur à Fido

  • Parfois, on peut aussi (temporairement) être amené à réduire la durée des promenades, et offrir, à la place, de l’enrichissement à la maison, pour répondre adéquatement au besoin de dépense d'énergie de Fido tout en le préservant des stress

  • Cesser d’aller au parc à chien, si Fido ne s’amuse pas vraiment avec ses copains (il en a peut-être peur, en réalité…)

  • … etc …

Ma collègue Aryel utilise la très jolie image de jouer au garde du corps de Fido :



chien peur jappe aboie
Jouer au garde du corps de son chien est une façon de se montrer garant de son bien-être

J’adore sa façon d’expliquer la gestion ! Car, en effet, l’idée est de faire en sorte que la bulle de ton chien soit toujours préservée, et que Fido sente qu’il peut te faire confiance, que tu es là pour lui, pour le sauver en cas de danger ! Eh oui, sans surprise, la réhabilitation d’un chien réactif ira beaucoup plus vite si le lien de confiance est solide entre l’humain et son chien ;)


Une autre image que j’aime également transmettre : une belle gestion permet d’éviter de placer le chien en situation d’échec.

À chaque fois que Fido réagit, à chaque fois qu'il est confronté de trop près à ses déclencheurs, il s’agit alors d’une situation d’échec. Dans de tels contextes, le chien embarque dans les comportements qu’on essaie justement de corriger, c’est donc un échec non seulement au niveau comportemental, mais aussi, bien sûr, au niveau émotionnel :

  • Au niveau comportemental : chacune de ses réactions alimente l’historique des comportements problématiques, ce qui ralentit la mise en place de ceux alternatifs, qu’on cherche à lui apprendre par ailleurs, pour diminuer sa réactivité.

  • Au niveau émotionnel : l’émotion vécue lors des réactions fait en sorte que le cortisol se déverse en grande pompe dans son sang, avec tous les inconvénients reliés à cet état interne, lequel va affecter l’apprentissage, le sommeil, et la santé de Fido en général.

Pour résumer, les meilleurs exercices du monde de l’entraînement canin, même réalisés avec compétence et brio, ne vont mener à AUCUN RÉSULTAT si, en parallèle, Fido continue de vivre jour après jour des situations stressantes ou énervantes, qu’il n’est pas encore capable de gérer émotionnellement. À retenir donc :


À chaque fois qu’on fait face à une situation d’échec, on perd du temps en entraînement, et on régresse !


Une situation d’échec est contre-productive à tout protocole de réhabilitation, tout simplement. Voilà pourquoi la gestion est si fondamentale…


Par ailleurs, la gestion va avoir son lot de points positifs, dont va immédiatement profiter Fido, dans la vie de tous les jours. On peut citer par exemple :

  • Diminuer la présence de cortisol dans le sang

  • Permettre une meilleure récupération en cas de stress imprévu

  • Favoriser un bon sommeil (bien dormir est essentiel à tout apprentissage !)

  • Favoriser une meilleure mémorisation

  • Améliorer immédiatement la qualité de vie du chien, en lui épargnant de vivre des situations stressantes (s’il est réactif par peur)

  • Apaiser toutes les autres situations problématiques, qui seraient présentes en plus de la réactivité (p. ex. la protection de ressources, les manipulations, etc...), en réduisant le "trigger stacking", ou l'accumulation de déclencheurs en français

  • Et, bien sûr, faire en sorte que Fido réussisse tous les exercices destinés à réduire sa réactivité, en étant frais et dispos !


OK ! Une fois qu’on a réfléchi à la meilleure gestion à appliquer pour notre chien, on peut donc enfin commencer à pratiquer ?


Oui :) !!


Pour cela, je te donne rendez-vous dans mon prochain article, où l’on parlera en détail du LOOK AT THAT : qu’est-ce que c’est, et comment l’appliquer. Il y aura même une vidéo réalisée par ma collègue Aryel, pour une démonstration en image !!


Alors je te dis à bientôt :) !!



Aline Bichsel chien dressage Trop Chien

Article rédigé par Aline Bichsel,

Copropriétaire de Trop Chien

et intervenante en comportement canin





1 182 vues0 commentaire