top of page

Votre chien chez le psy : évaluer le chien réactif (jappements, partie II)

Dernière mise à jour : 20 janv. 2022



Aline, et si on poursuivait la discussion sur les jappements ?


Mais oui, avec plaisir ! Alors c’est parti ! Avant d’entrer dans les détails, j’aimerais toutefois revenir sur une notion vraiment très importante, peut-être même la plus importante à retenir, lorsque l’on cherche à diminuer des jappements.

Comme vu dans mon précédent article, nous devons avant tout considérer un élément essentiel : l’émotion vécue par le chien au moment où il jappe. L’émotion et le comportement sont profondément interreliés, mais nous allons TOUJOURS nous focaliser en premier lieu sur l’émotion vécue (rappelle-toi, c’est ce que j’appelais le "travail de détective”).


Mais pourquoi cela ? Finalement mon chien peut bien ressentir ce qu’il veut, comme on ne sera jamais capable d’entrer dans sa tête, ce qui m'intéresse c’est ce qu'il fait, non ?...

Dans un sens, oui, mais si je te dis que le comportement DÉCOULE de l’émotion vécue, cela change un peu la donne… :) Par exemple, si Fido éprouve de la peur vis-à-vis d’un autre chien, il arrive très souvent que, dans ce cas, cette émotion induise le comportement de japper (on parle alors de “réactivité par peur”, ou d’agression de distancement - j’y reviendrai). Dans cette situation, il est important de réaliser que Fido ne jappe pas par simple plaisir d’entendre sa propre voix, ni pour demander de l’attention, ni, encore moins, par “manque d’éducation” ! En cherchant à connaître l'émotion vécue par le chien au moment où il jappe, nous allons pouvoir deviner la FONCTION de ce comportement, ce qui va nous permettre de répondre à la question suivante : “Mais POURQUOI jappe-t-il ?” Autrement dit : “Que cherche-t-il à obtenir en agissant de cette manière ?” Est-ce une stratégie pour attirer l’attention de son humain ? Ou au contraire, une façon de réclamer de la distance avec ce qui génère de la peur ? Est-ce donc pour éloigner des dangers ? Ou par frustration de ne pas avoir accès à ce qu’il désire ? Est-ce un exutoire à un stress en l’absence de déclencheur ? Comme tu le vois, la liste des réponses au “pourquoi” peut être longue et plutôt variée… ;)





Dès lors, si on est en mesure de répondre à la question du POURQUOI ?, nous allons pouvoir mettre en place le COMMENT, c’est-à-dire le bon protocole pour réduire efficacement les jappements. Et bien sûr, chaque protocole sera différent selon la fonction du comportement, et l’individu : il n’existe pas de solution unique à tous les types de jappements (ce serait trop beau 😉) !


Merci d’avoir rappelé ces notions, mais là je bouillonne d’en savoir plus sur le COMMENT...

Je te comprends !! Mais j’aimerais d’abord prendre le temps de bien expliquer comment tout cela fonctionne, tu verras que cela en vaut vraiment la peine, car par la suite tu sauras appliquer la technique la mieux adaptée à ton chien. Je pense que c'est du temps bien investi ;) !


On va décortiquer ensemble les trois cas que je rencontre le plus souvent en consultation :

  1. Les jappements dans un contexte de réactivité

  2. Les jappements de peur aux bruits

  3. Les jappements de demande d’attention

Comme j'aime faire les choses en détail, chacune de ces situations va faire l’objet d’un article. Pour l’heure, je te propose de commencer par les jappements qui se produisent dans un contexte de réactivité :


# 1 : les jappements dans un contexte de réactivité





Ahhh merci de commencer par la réactivité, car j’ai de plus en plus de peine à promener mon chien : il réagit aussitôt qu’il aperçoit un congénère, et cela me gène terriblement (le monde entier nous observe !), en plus de me faire mal au bras. Il est pourtant si gentil à la maison...


Rassure-toi, tu es loin d’être la seule à vivre avec un chien réactif : la réactivité est tellement répandue, notamment en ville où les chiens sont constamment tenus en laisse… La bonne nouvelle ? Il existe des solutions :) !! Voyons cela ensemble.


Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un chien “réactif” ? Qu’entend-on par là ?


D’après le Petit Robert, la réactivité est “la capacité de réagir à une stimulation extérieure”. Si on s’en tient au dictionnaire, les chiens réactifs sont donc sensibles au monde qui les entoure, et réagissent aux stimuli. C’est plutôt une bonne nouvelle, car on pourrait dire que cette capacité à réagir correspond à la définition même “d’être vivant” ;). Ce que le Petit Robert ne spécifie pas, par contre, c’est avec quelle intensité les chiens étiquetés “réactifs” réagissent… Et dans les faits, l’intensité d’une réaction est un paramètre plutôt difficile à définir, car ce dernier va dépendre avant tout de l’appréciation du propriétaire lui-même, face aux agissements de son chien. En effet, un chien “réactif” selon les critères d’une personne va peut-être être doté d’un comportement parfaitement “normal” aux yeux d’une autre. La définition de la réactivité est donc passablement subjective, et est définie de façon variable par les humains eux-mêmes.


Ah oui, je comprends bien sûr qu’un chien ne se définit sans doute pas lui-même comme étant “réactif”. Par ailleurs, il doit considérer que son propre comportement est sûrement efficace et adapté à la situation, s’il le produit… J’ai toutefois quand même peine à croire qu’un chien qui jappe comme un fou, debout sur ses pattes arrière, n’inquiète pas ses propriétaires ?... Comment trouver ce comportement “normal”, ou "acceptable", socialement parlant ?

Et pourtant... :) !!


Par exemple, dans mon nouveau quartier (je viens de déménager), les propriétaires de chiens croisés en promenade me paraissent particulièrement patients vis-à-vis de la “réactivité” de leurs pitous : les jappements semblent banalisés, et faire partie du panel de comportements réguliers, habituels. Du moins, je n’observe aucun signe d’impatience de la part des promeneurs de chien, ni aucun stress par rapport aux agissements de leur pitou, au point où je pourrais très bien les imaginer me dire : “Et bien oui, mon chien jappe, et après ? C’est bien normal, un chien qui s’exprime en chien !”. Alors que d’autres pourraient s’inquiéter d'une situation jugée “problématique”, ils continuent quant à eux de marcher calmement, en éloignant Fido du déclencheur, tout simplement. Est-ce que cette attitude flegmatique face aux jappements serait, en partie, culturelle, ou plutôt une habitude sociale répandue dans mon quartier ? Je n’en ai aucune idée… ;) Mais cela n'a fait que confirmer que la réactivité est bien définie comme telle par les humains...


Mais revenons donc à la définition de "réactivité". Comme pour les besoins de l’article il faudra bien la préciser d’une façon ou d’une autre, je propose de nous entendre sur celle-ci : un chien réactif est un chien qui va “japper (intensément), tirer sur sa laisse, être éventuellement hérissé, et adopter une posture haute, oreilles orientées en avant et queue dressée” en présence d’un déclencheur ou de plusieurs déclencheurs spécifiques, lors de la promenade. Tout ceci correspond à ce que l'on peut observer, mais il faut, bien entendu, garder à l'esprit que les comportements émis par un chien réactif révèlent, ou laissent suggérer, un certain état émotionnel, lequel peut être plus ou moins intense, selon la situation.


À ce sujet, plusieurs paramètres peuvent être d'ailleurs pris en compte lorsqu’on parle de réactivité. Voici une grille d’analyse que je trouve particulièrement complète, décrite par l’américaine Leslie McDevitt, intervenante en comportement canin aux États-Unis, dans son livre : “Control unleashed, Reactive to Relaxed” :


Le F.L.I.R.T., ou :

  • Fréquence

  • FLexibilité

  • Intensité

  • Récupération

  • Tolérance (seuil de tolérance)


Leslie utilise le F.L.I.R.T. comme aide à l’analyse d’un comportement, afin de déterminer dans quelle mesure il est symptomatique de problématiques sous-jacentes chez le chien, et à quel point ce dernier aurait besoin d’être réhabilité, en étant suivi pour cela par une équipe de professionnels (intervenant en comportement canin, mais aussi vétérinaire, ou vétérinaire comportementaliste, au besoin). En fait, le F.L.I.R.T est un très joli outil qui permet d’apprécier finement le degré de bien-être du chien, tout en donnant des pistes de réflexion pour établir un bon protocole de réhabilitation.


Ah oui, c’est vrai, tu me disais que tu portais beaucoup d’attention à la qualité de vie du chien, en plus de celle de ses humains bien sûr, lors de tes consultations…