Les secrets de l'activité masticatoire (Enrichissement 2/4)



C’est reparti pour discuter avec vous de l’enrichissement canin ! La dernière fois, nous nous sommes concentrés sur l’utilisation des jouets interactifs pour tenir votre chien occupé. Cette fois-ci on va parler d’un sujet qui peut avoir tendance à être controversé : l’activité masticatoire !


Que vous ayez un bébé chiot en phase de socialisation, un ado turbulent, un chien réactif et/ou anxieux ou un loulou tout simplement parfait, l’activité masticatoire reste un besoin chez nos poilus !


Cet article a pour but de vous présenter le plus d'informations possibles avec une approche scientifique, pour vous laisser vous faire une opinion sur les produits offerts, l’objectif étant que votre chien ait tout ce dont il a besoin pour combler ses besoins fondamentaux et vous, tous les outils pour avoir la paix ;)


Prêts ? It’s-A-Go !


**Trop Chien n’est en aucun cas sponsorisé par les produits proposés**


J’aime bien l’idée, mais qu’est-ce que cela apporte réellement à mon chien?

Avant de nous lancer dans le quoi et le comment, j’aimerais qu’on discute du pourquoi.


Il peut y avoir bien des raisons différentes pour lesquelles les chiens vont gruger, et toutes ces raisons vont changer selon les individus, mais voici certaines généralités :

- Parce qu’ils aiment ça !

Je joue aux jeux vidéos, je mange des pâtes et bois du café, simplement parce que c’est ce que j’apprécie ! En comportement canin on a souvent tendance à tout sur-analyser, mais parfois la conclusion à prendre est aussi simple : ‘’Parce qu’ils aiment ça!’’ ;)


- Parce que gruger active les hormones du bonheur !

Lorsqu’un chien gruge, il utilise et travaille ses muscles de mâchoire (évidemment) ! Tout comme une personne va se sentir mieux après un entraînement de musculation au gym, le chien va se sentir zen après de l’activité masticatoire. Le meilleur dans tout ça ? Les humains ne sont pas inclus dans cette activité; il fait ça tout seul ! Bien entendu l’activité masticatoire à elle seule n’est pas suffisante pour améliorer la qualité de vie d’un chien, l’activité physique et l’enrichissement mental aussi. Comme dans tout dans la vie, on parle d’équilibre. :)


- Parce que c’est apaisant. En fait, cette raison nous ramène un peu à ce que j’ai mentionné plus tôt. Si l'activité masticatoire diminue la présence d’hormone de stress et augmente les hormones du bonheur, inévitablement on peut en conclure que c’est une activité apaisante. Cependant il ne faut pas oublier le résultat immédiat de la mastication, surtout pour les chiots. Comme pour les bébés humains, les chiots ont aussi les dents qui changent. Cette transition peut être inconfortable et gruger reste toujours une solution intéressante pour se sentir mieux ! Pour ce qui est des chiens adolescents et adultes, l’acte de gruger aide à combattre l’ennui et le stress. Un peu comme regarder The Office pour la 3e fois ! Ah non pas vous ? Moi oui 😁 Bon certains aiment plus le jogging ou les os à gruger, moi j’aime The Office et le café. Chacun son truc. 😅



- Pour améliorer la santé buccale

Je ne suis pas convaincue que les chiens vont volontairement gruger dans l’INTENTION d’améliorer leur santé buccale, mais c’est certainement un effet secondaire intéressant ! Saviez-vous que nos copains canins peuvent aussi souffrir de maladie parodontale ? En effet, des études scientifiques nous documentent sur le fait de gruger peut ralentir drastiquement l’accumulation de la plaque, le tartre, l’halitose (mauvaise haleine) et la gingivite ! [1][2]



C’est bien beau tout ça, mais est-ce qu’il y a des risques associés à l’activité masticatoire ?

Bon maintenant que j’ai vanté toutes les prouesses de l’activité masticatoire, il est maintenant temps de vous parler de l’autre côté de la médaille : les risques.


Commençons par regarder les problématiques les plus communément rencontrées et les conséquences qui en découlent :


  • Fracture dentaires

Souvent causé par un objet plus dur que les dents du chien, qui, sous la force de la mâchoire, va casser la couronne ou carrément la dent entière. Il s’avère que l’activité masticatoire peut causer de l’attrition (l’usure en bon français) au niveau des carnassières. L’attrition ne cause généralement pas de problème à moins que la pulpe de la dent devienne exposée et inévitablement douloureuse. À moins de consulter un dentiste vétérinaire, l’extraction de ces dents est inévitable, ce qui requiert une intervention sous anesthésie générale.



  • Corps étrangers (buccal et gastrointestinal)

Causé par l’ingestion d’un objet qui obstrue et/ou perfore le tractus digestif du chien. Il peut arriver qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire pour retirer ce qui bloque. C’est aussi possible de remarquer un corps étranger au niveau de sa gueule, soit pris entre les dents ou au palais (classique avec les os et bouts de bois qui font des échardes). Généralement, si l’animal ne peut l’enlever de lui même, une sédation est souvent nécessaire pour aller retirer ce qui le dérange.

  • Désordre gastro-intestinal (vomissements, diarrhée, etc.)

Chaque individu est différent, et, comme pour nous, l’estomac des chiens peut être sensible (ou non !). Parfois, ces désordres gastro-intestinaux peuvent durer 1-2 journée. Si l’animal a un bon état général, une petite diète de viande hachée maigre et riz ou de la canne gastro retrouvée chez le vétérinaire, le tout mélangé avec des probiotiques et le tour est joué ! Dans d’autres situations, cependant, on peut avoir des complications comme des pancréatites, des infections à la salmonellose, etc. lesquelles, bien entendu, demandent des soins de supports et autres interventions médicales plus significatives.


Maintenant que je vous ai fait peur avec mes histoires d’horreur, regardons ensemble les vrais statistiques liées à l’activité masticatoire.


Débutons par les problèmes dentaires.

Je vous laisse ici un truc de pro pour déterminer ce qui est généralement approprié concernant la dureté des éléments à gruger offerts. Effectivement, La règle d’or suggérée par les vétérinaires pour éviter des fractures dentaires avec les chiens est la suivante : Si vous ne pouvez pas faire une marque dessus avec votre ongle, c’est trop dur pour ses dents et les risques de fractures sont plus importants. [3]

Dans cet ordre d’idées, on peut juger que les accidents arrivent généralement lorsque l’objet offert est inapproprié pour les chiens en général. Si on veut donner des exemples anecdotiques, beaucoup de lésions dentaires peuvent être causées par des roches, des barreaux de cage en métal et des balles de tennis (elles sont en fait très abrasives pour les dents !)). C’est donc important d’offrir des éléments adaptés à la taille de votre chien et qui ne soient pas trop durs, pour en diminuer les risques. Ne vous en faites pas, je vais vous en proposer un peu plus loin !


Concernant les corps étrangers, j’ai trouvé une analyse intéressante qui a été faite sur 208 chiens de plusieurs races différentes, ayant ingéré un corps étranger. Sur ces 208 chiens, seulement deux ont mangé un os (leur type n’est pas spécifié cependant) ! [4] On y retrouve en majorité des suces pour bébé, des bobettes, des épis de maïs, des balles, des roches et bien plus. Pour ma part, comme technicienne en santé animale, ce que j’ai vu le plus souvent sont des bas, des boules de gazon, des épis de maïs et des peluches !


Finalement, pour les désordres intestinaux, cela varie ÉNORMÉMENT d’individu en individu. Pour Ame, mon border Collie, les pénis de bœuf c’est NON, pour Sachi, ma petite beagle, ça passe super bien ! Pour vous guider, on parle généralement des produits ayant causé des complications lorsque ceux-ci sont de mauvaise qualité, remplis de produits chimiques, contaminés par une bactérie nocive ou quand ils sont carrément non comestibles ! [5]


Ok mon cerveau va exploser, peux-tu juste me dire ce que je peux donner à gruger à mon chien?

Oui oui ! Je tombe dans un mode ‘’geek’’ rapidement, pardonnez-moi ! Après ce qu’on a appris ensemble sur l’activité masticatoire, on remarque que tant qu’on donne quelque chose d’approprié selon la taille de votre chien, sa tolérance digestive et la dureté de ses dents, il ne devrait pas y avoir de problème ! Regardons ensemble quelles sont les différentes options disponibles sur le marché.


En effet, plusieurs options s’offrent à vous. Dites-vous que plus c’est dur, plus il y a de risques pour ses dents, mais plus longtemps vous aurez la paix !


Je vous propose alors une formule du moins risqué au plus risqué, selon mon expérience. Cette liste est basée sur des retours de mes clients et de mes collègues :


Peu risqué


Les dental chews C.E.T. (vendus uniquement chez votre vétérinaire) :


Pour : supporté par plusieurs études, comportent le signe VOHC, approuvés par les

dentistes vétérinaires et faciles à digérer.

Contre : ils ne durent pas longtemps donnés tels quels, mais il est possible

de les planter dans un kong farci par exemple pour en augmenter la durée !

Patate douce séchée :


Pour : doux pour les dents, faciles à digérer, intéressant à combiner avec les jouets interactifs.

Contre : attention aux petits chiens car elles ont tendance à coller au palais.

Le fromage de yak :


Pour : peut être ramolli dans de l’eau chaude ou au micro-onde si on veut en diminuer la dureté !

Contre : plutôt dispendieux, Je n’ai pas de mauvais commentaires au niveau de sa digestibilité, mais ça reste du fromage ;)


Les retailles d’animaux séché comme les trachées de bœuf, tendons, pénis, etc.:

Pour : généralement doux pour les dents. Digestibilité à voir selon le chien et le type de protéine.

Contre : attention à la qualité et bien laver vos mains après manipulation :)


Moyennement risqué :


Le sabot de bœuf

Pour : cause très peu de problème digestif et peut se farcir facilement pour plus de durée !

Contre : il est cependant considéré relativement dur pour les dents (on ne peut pas faire de trace avec votre ongle) et peut faire des éclisses s’il est de mauvaise qualité. Attention aux races géantes car c’est trop petit pour eux ;)


Les os nylabones


Pour : peut-être intéressant pour les chiens qui ont un penchant pour la texture du plastique. Non comestible et très durable.

Contre : leur appréciation varie énormément de chien en chien, il faut faire beaucoup de rotation pour garder de l’intérêt. Certains modèles sont très durs, attention :)

Plus risqué :


Os, autant crus que fumés.

Pour : souvent très apprécié des chiens et durent très longtemps.

Contre : dureté élevée, donc risque de fracture plus grand, peut causer des désordres digestifs selon l’individu car c’est souvent plus gras (présence de moelle ou chair autour). Manipuler avec prudence, brosser les dents de votre chien, lavez vos mains et désinfectez l’endroit où il a grugé son os.


Bois de cerf

Pour : bonne durabilité, ne cause généralement aucun problème digestif comme il n’est pas comestible (et rarement ingéré en raison de sa dureté)

Contre : encore plus dur qu’on os à moelle, il pose malheureusement un risque élevé de fracture dentaires.


À éviter


Épis de maïs, os de poulets cuits, côtes levées cuites, etc.:

Causent presque systématiquement des corps étrangers et/ou des désordres gastro-intestinaux.


Des bas et des bobettes, mais ça, je suis certaine que vous le savez

déjà ;)


Génial je m’en vais en chercher maintenant !


Vous êtes prêts à diminuer les mordillements de votre chiot ? Vous acheter la paix avec votre ado-qui-mange-tout ? Ou gâter votre chien juste parce que vous l’aimez ? :)


Je vous rappelle alors les grandes lignes de ce qu’on a appris ensemble. Si vous offrez un objet à gruger, il doit être adapté à la taille de votre chien et vous devriez être capable de le marquer avec votre ongle pour éviter les complications dentaires. Afin de vous assurer que votre chien est en sécurité, toute activité masticatoire devrait être supervisée. Au plaisir de vous revoir dans le prochain article sur l’activité physique !



 

Sources :


[1] Quest, B. W. (2013). Oral Health Benefits of a Daily Dental Chew in Dogs. Journal of Veterinary Dentistry, 30(2), 84–87. https://doi.org/10.1177/089875641303000203

[2] Marx, F., Machado, G., Pezzali, J., Marcolla, C., Kessler, A., Ahlstrøm, Ø., & Trevizan, L. (2016). Raw beef bones as chewing items to reduce dental calculus in Beagle dogs. Australian Veterinary Journal, 94(1–2), 18–23. https://doi.org/10.1111/avj.12394


[3] Cégep de Saint-Hyacinthe, Dentisterie et anesthésie, notes de cours, 2018

[4] Hayes, G. (2009). Gastrointestinal foreign bodies in dogs and cats: a retrospective study of 208 cases. Journal of Small Animal Practice, 50(11), 576–583. https://doi.org/10.1111/j.1748-5827.2009.00783.x


[5] Rubin, S. I. (2022, March 22). Introduction to Digestive Disorders of Dogs. Merck Veterinary Manual. https://www.merckvetmanual.com/dog-owners/digestive-disorders-of-dogs/introduction-to-digestive-disorders-of-dogs


222 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout